AfricArena Tour 2019: Compétition de pitchs en direction de la finale à AfricArena Summit 2019

Le 13 juin dernier, AfricArena s’est associé à CTIC Dakar pour organiser l’édition sénégalaise de l’AfricArena Tour 2019.

L’AfricArena est un accélérateur panafricain spécialisé dans la technologie et l’accélérateur d’écosystème qui fournit une espace pour partager des modèles économiques et acquérir de précieux réseaux, et atteindre les fonds. En partenariat avec le CTIC Dakar, AfricArena a organisé un panel de discussion sur la place et le classement de Dakar au sein des écosystèmes technologiques africains, avec plusieurs xperts du secteur et a organisé deux compétitions de pitches pour sélectionner les startups qui seront finalistes au AfricArena Summit de novembre 2019.

Le sujet de discussion pour le panel était “Quelle est votre perspective sur Dakar au sein de l’écosystème de la technologie africaine?”. Le panel constitué d’Abdou C. Dieng de Comparez.co, Guillaume Jarlot du Vinci Energy, Mohamed Ngom du Teranga Capital, Ndeye Thiaw de Brightmore Capital et Ousseynou Nar Gueye de CTIC Dakar, a été modéré par Jean-Philippe Gireaud de Methys Group. M. Gireaud a demandé aux panélistes de partager leurs opinions et analyses sur l’écosystème Sénégal et de Dakar, et expliquer comment il se compare à d’autres écosystèmes africains majeurs.

Ousseynou Nar Gueye a indiqué que l’écosystème sénégalais est en plein essor et que des start-ups de nombreuses industries différentes trouvent le capital concentré à Dakar, suivies de Saint-Louis et de Ziguinchor. Malgré tout, comparé aux autres écosystèmes africains majeurs, le ratio de financement des startups au Sénégal est beaucoup plus petit que celui de pays comme le Rwanda (moins peuplé) et le Kenya (qui arrive en têt). Cependant, M. Nar Gueye estime que le soutien du gouvernement pour améliorer l’économie numérique et le développement de l’entrepreneuriat permettra d’investir davantage dans la croissance et la diversité de l’écosystème. Il a également souligné que les opportunités d’investissement créées récemment, telles que l’organisation de Dakar Network Angels (DNA), joueront également un rôle important dans le soutien de l’écosystème de Dakar.

Ndèye Thiaw a souligné que l’écosystème évolue constamment vers la maturation. Elle pense que les trois écosystèmes les plus dynamiques en démarrage dans la région sont le Bénin, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Le marché béninois est très petit, mais le niveau de maturité des jeunes entreprises est comparable à celui du Sénégal et de la Côte d’Ivoire. Mme Thiaw a également expliqué que les investisseurs ne s’intéressent pas qu’aux startups mais évaluent tous les autres acteurs, tels que les accélérateurs et les incubateurs, lorsqu’ils jaugent la maturité d’un écosystème. Elle a mentionné que les écosystèmes sénégalais et ivoiriens peuvent prospérer grâce aux incubateurs et aux accélérateurs qui ajoutent de la valeur à la formation et à la capacité d’investissement des jeunes pousses. Elle a expliqué que l’écosystème ne peut prospérer que s’il existe des partenariats sains entre les startups, les incubateurs, les investisseurs et les institutions.

Interrogé sur la manière dont les investisseurs évaluent la maturité d’un écosystème africain, Guillaume Jarlot s’est appesanti sur la complexité à mesurer la maturité d’un écosystème. Il estime que la confiance et la maturité d’un écosystème sont fondées sur des relations et des partenariats solides entre tous les acteurs et pas uniquement sur la qualité des startups. Selon son expérience, les forces de l’écosystème sénégalais reposent sur des entrepreneurs connaissant bien cet écosystème, des personnes possédant des compétences spécifiques à l’industrie, le niveau de centralisation et des interactions saines entre les utilisateurs finaux, les incubateurs et les investisseurs. En outre, il pense que la volonté et le soutien politiques aideront à augmenter le niveau de maturité de l’écosystème sénégalais.

Abdou Coumba Dieng a partagé son analyse selon laquelle les types de programmes fournis par les incubateurs et les accélérateurs permettent de former les startups et les personnes souhaitant travailler dans des startups. Il pense que ces fonctions d’incubateurs aident à la maturation de l’écosystème sénégalais, qui a connu une forte croissance ces dernières années avec la création de dizaines de nouvelles startups. Il pense que le défi à venir serait de trouver de nouveaux marchés pour des solutions innovantes et de partager le savoir et le talent avec d’autres écosystèmes.

L’AfricArena Tour Dakar 2019 a également consisté en trois « pitch compétitions ». Il y a eu le Chellenge Vinci pour les Smarts cities, auquel on concuru Weego et Parksmart. Ensuite, le challenge Air France sur le Gaming, avec un seul candidat : Yux, s’adressait aux startups du secteur des jeux vidéo. Et enfin, le Dakar Best Ecosystem Challenge, plus grand des deux, était ouverte aux meilleures startups disruptives de tous les secteurs, et a accueilli SenVitale, Afrikamart, Bayseddo et MJangale. Les startups participantes ont effectué un pitch de cinq minutes face à quatre juges, suivi d’une session de questions-réponses de deux minutes.

Weego, un alumnus du CTIC Dakar, a présenté pour la première fois son système de tracking de masse permettant de suivre les transports en commun à Dakar. La deuxième place de pitcheur est revenue Park Smart, qui souhaite numériser le système de places de stationnement urbains. Troisième à se lancer,  Kayfo de Yux Design, également un alumnus de CTIC, Dakar a présenté son contenu jeux vidéo à la compétition Air France. Le quatrième pitch a été servi par Afrikamart, dont la mission est de construire une chaîne d’approvisionnement stable et directe entre les producteurs agricoles et leurs marchés locaux. BaySeddo a ensuite explicité a plateforme d’investissement dans l’industrie agroalimentaire, qui relie les investisseurs aux coopératives agricoles. Enfin, Sentool a expliqué le platform fintech conçue pour intégrer tous les services financiers au Sénégal.

Après de longues délibérations, les juges ont annoncé qu’Afrikamart était le vainqueur du Dakar Best Ecosystem Challenge 2019. Gagnant de la catégorie Ecosystème, Afrikamart a remporté un voyage aller-retour au Cape Town pour présenter son entreprise de la chaîne logistique agricole et se mesurer aux finalistes d’autres pays africains pays lors du Sommet AfricArena 2019 du 11 au 12 novembre à Capetown.  Lauréats du challenge Vinci Energies, ParkSmart et Weego (ex-SunuBus) feront également le voyage de Capetown. Bonne chance à ces dignes représentants de la Tech-Sén !



Laisser un commentaire